Dorioù digor / Portes ouvertes

Vendredi 3 février /d’ar gwener 3 a viz C’hwevrer

13h30 – 18h

Samedi 4 février / d’ar sadorn 4 a viz C’hwevrer

9h30 – 12h

Venez découvrir Diwan, le bilinguisme breton-français, l’enseignement en immersion…

Venez visiter les locaux, rencontrer l’équipe pédagogique, échanger avec des familles d’enfants déjà scolarisés à l’école.

Deuit da zizoleiñ Diwan, an divyezhegezh brezhoneg-galleg, ar c’helenn dre soubidigezh…

Deuit da weladenniñ al lec’h, kejañ ouzh ar skipailh pedagogel, eskemm gant familhoù bugale skoliataet er skol dija.

Télégramme : Diwan – Une skol comme une autre

www.letelegramme.fr/finistere/brest/diwan-une-skol-comme-une-autre-11-01-2017-11358732.php

Élitiste, fermée, repliée sur elle-même, chère… Les clichés ont la peau dure parfois et semblent totalement inappropriés à l’école Diwan de 2016. Sur les sites de Kerangoff et du Guelmeur, à Brest, la vie coule tranquillement sur les enfants ayant choisi la voie de l’immersion en langue bretonne. De quoi faire la chasse aux sales petites images.

Dans la classe de Myriam, 20 élèves travaillent une pièce de théâtre, destinée à être jouée à la fin de l’hiver, au Mac Orlan. Dans la classe de Myriam, il y a des CM1 et des CM2, des garçons et des filles et l’entrée du bâtiment est sujette à la rigueur du plan Vigipirate. La classe de Myriam est une classe ordinaire, mais une classe qui vit et apprend en breton. En immersion. « Nous parlons breton tout le temps, les leçons se font en breton, sauf quand il y a classe de français », détaille l’instit’. La classe de Myriam se trouve sur l’un des deux sites accueillant Diwan Brest, en bas du plateau de Kerangoff. Chaque matin, il accueille 120 enfants ventilés comme ailleurs, de la petite section au CM2. « Nous respectons bien sûr les programmes de l’Éducation nationale, continue Myriam, mais nous les faisons en breton ». Patricia Quéré-Tassel, directrice de l’école Diwan poursuit : « Que l’on apprenne que trois et trois font six en français ou en breton ne change rien, affirme-t-elle à raison, nous n’avons rien de bizarre, rien d’une secte. Nous sommes une école sous contrat avec l’État et nous enseignons gratuitement ».

Une école choisie, une école de quartier


Il est vrai que depuis plus de 40 ans, les étiquettes n’ont pas manqué de coller sur le chupenn de Diwan. Mais aujourd’hui, avec des effectifs en constante progression sur Brest, l’ambiance des sites de Kerangoff et du Guelmeur est loin des débuts certainement plus militants. « Les motivations des parents sont diverses », admet Patricia Quéré-Tassel. « Certains viennent par conviction bien sûr, mais d’autres sont là pour le bilinguisme, d’autre pour la culture, d’autres pour le nombre restreint d’enfants par classe. Depuis quelques années, certains viennent aussi en considérant Diwan comme une école de quartier », inventorie-t-elle. Myriam, en route pour le centre social de Kerangoff pour une répétition de la pièce, abonde : « Moi, ce que je veux, c’est sortir des murs, aller dans les structures de quartier. C’est fini le temps où on disait de nous que nous vivions dans l’entre-soi. Pas mal de familles de Kerangoff viennent ici parce que l’école a bonne réputation ».

Vers le collège du Relecq


Une école où la solidarité n’est pas une vague chimère. Dans le centre social, Pascal Cariou, comédien, et papa de la petite Luze, coache la fraîche troupe des cadets. Elle jouera la légende du roi Marc’h qu’il a réécrite en peu et édulcoré de quelques décapitations. « Nous essayons de mener projet après projet, continue Myriam, comme partout ailleurs ». Les enfants adhèrent. Après leur CM2, l’immense majorité partira sur les bancs du collège Diwan du Relecq-Kerhuon. « Des fois, c’est tout le monde, mais souvent c’est de l’ordre de trois sur quatre ». Myriam sourit. Elle se souvient de cet élève, revenu saluer l’école, sidéré par le niveau d’apprentissage des langues dans un collège classique. « Pourtant, continue Myriam, pour suivre sa scolarité à Diwan, il n’y a pas besoin que les parents parlent breton ». Au sondage à la main levée, une petite moitié d’élèves a des parents, mais surtout des « papys et des mamies » qui causent. « Moi, je ne parle que breton à la maison. Mon père et ma mère parlent comme ça avec mon petit frère aussi », continue le jeune, sympathique et bavard Lomig, sous le regard surpris de sa maîtresse. « Ils ne parlent jamais français ? », demande-t-elle. « Si, quand on a des invités sinon, ils ne comprennent pas ». Ainsi va la vie à Diwan, après toutes ces années, en qualité d’école ordinaire. Mais qui parle breton.
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/brest/diwan-une-skol-comme-une-autre-11-01-2017-11358732.php#fcbvtLyckS00DxwF.99

Le site Ranorade change d’adresse

http://randorade.bzh/

Randorade 2017 – Rosnoën le 4 juin 2017

La RANDORADE 2017 se déroulera sur la commune de Rosnoën, au départ du centre ville.

Il s’agit de la 25ème édition, nous vous préparons une édition avec de belles surprises !

Suivez l’actualité sur le site.

Kenavo

Pezh c’hoari e brezhoneg / Pièce de théâtre en breton

Article du télégramme du 15 décembre 2016:
Lundi et mardi, la fédération Sked proposait aux classes bilingues d’assister à une représentation théâtrale dans la salle des conférences de la mairie. Devant 450 enfants, repartis en quatre séances, la compagnie La Obra a joué en langue bretonne la pièce Polo ha Nena, foeterlukined (les clowns voyageurs). Les classes des écoles brestoises Jacquard, Kermaria, Diwan du Guelmeur et de Kerangoff, ainsi que Jules-Ferry, du Relecq-Kerhuon ont répondu présent à l’appel de ce spectacle participatif.

Marc’had Nedeleg / Marché de Noël de l’école de Kérangoff

pedadenn-diwan1

Marché de Noël

Vendredi 2 Décembre

à partir de 16h30

Cadeaux – Décorations – Marché gourmand

Chorale des enfants à 17h15

Eveil musical des maternelles à Kérangoff

paul.ndoukou_2016100913083925_RecdiwanLes enfants des classes de petites sections de maternelle de l’école Diwan de Kérangoff ont fait la connaissance de Jean-Luc Roudaut. Le chanteur et musicien leur a proposé un voyage musical, mêlant chansons bretonnes, africaines et indiennes. Ils ont repris en choeur les refrains aux sonorités nouvelles, entraînés par l’envie de l’artiste de leur faire découvrir de nouveaux horizons sonores et musicaux. Jean-Luc Roudaut reviendra pour d’autres séances d’éveil musical. Au programme : chants, danses et découverte d’instruments du monde.

Deomp de’i e brezhoneg

imgp6007

Après la coupure des vacances, les enfants se retrouvent autour d’activités ludiques en breton à l’occasion de la semaine « deomp de’i e brezhoneg ! » (allons-y en breton ! ).

Cliquez sur le lien pour découvrir certaines des activités proposées.

sizhun-bzg-2

sport en distro e skol Kerango

À l’occasion de la rentrée, l’école Diwan, de Kérangoff, a mis en place un projet de lutte bretonne. Lors du championnat d’Europe des luttes interceltiques qui s’est déroulé en avril dernier à Brest, les élèves ont pu découvrir et s’initier à la pratique de la lutte bretonne. De là est née l’envie de prolonger cette découverte par un projet que l’équipe pédagogique a mis en place, en collaboration avec le Skol gouren Brest. Yoann Salaün, moniteur de gouren, intervient depuis la rentrée, chaque mardi, pour accompagner les élèves dans la pratique de cette discipline. Une initiation proposée à tous les élèves, de la moyenne section de maternelle au CM2 et qui se poursuivra jusqu’aux vacances de la Toussaint.
les-enfants-de-la-maternelle-avec-yoann-salaun-l-animateur_3083507

Accueil des nouvelles familles

Vendredi, l’association des parents d’élèves et l’équipe pédagogique de l’école Diwan ont invité les nouvelles familles à participer à un goûter d’accueil. Lors de ce rassemblement, les différents acteurs de l’école ont présenté les structures permettant à l’école de fonctionner, dont l’association Randorade, qui organise une grande randonnée, le dimanche de Pentecôte, dans un site autour de la rade. Chaque parent présent a pu échanger avec les membres de l’équipe pédagogique et avec des parents déjà impliqués dans ces différentes structures, et ainsi découvrir le fonctionnement d’une école associative.

Les nouvelles familles avec l'équipe pédagogique

Les nouvelles familles avec l’équipe pédagogique

Startijenn a zo er skol hiriv !